Avenir énergétique de la France

bd827b68d4bfbb5e1fc8a5a4582ea70997c879a6cee1fa6596be5d7e0e5218721

En 30 ans, la France doit électrifier massivement son économie afin de ne plus avoir à utiliser des énergies fossiles

Développer le nouveau nucléaire coûtera moins cher que de parier sur une production 100% éolien et solaire, selon le gestionnaire du réseau RTE, qui publie ses conclusions ce lundi.

Voilà un rapport très attendu, qui risque de mécontenter beaucoup de monde, les antinucléaires comme les anti-énergies renouvelables. Le gestionnaire du réseau électrique, RTE, aussi en charge de la prospective, a publié ce lundi sa somme de 600 pages sur les «Futurs énergétiques 2050», commandée par le gouvernement en 2019. Le milieu du siècle paraît encore loin. Mais c’est demain dans l’énergie, où les grands investissements se chiffrent en milliards d’euros et mettent 15 ans à se concrétiser.

C’est demain parce qu’en 30 ans, la France doit électrifier massivement son économie afin de ne plus avoir à utiliser des énergies fossiles. Les électrons pèsent aujourd’hui 25% de l’énergie consommée en France – dont le nucléaire à lui seul 20%. Elle devra en représenter 55% en 2050. En trois décennies, le pays devra donc investir massivement dans des moyens de produire des kilowattheures bas carbone.

Course contre la montre

La France est lancée dans une course contre la montre qui restreint là encore ses possibilités. L’Union européenne a durci cet été son objectif de baisse des émissions carbone. À la fin de cette décennie, celles-ci devront avoir fondu de 40%. «Pour 2030, il faut développer les énergies renouvelables techniquement et économiquement matures et prolonger le nucléaire existant», en déduit Xavier Piechaczyk, le président du directoire de RTE.

RTE déconseille donc fortement de fermer de façon anticipée des réacteurs nucléaires pour réduire la place de l’atome de 70% à 50% d’ici 2035. Voilà qui ne fera pas plaisir à l’exécutif, qui a fixé ces objectifs déraisonnables dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie. Il en ressort également qu’arracher les éoliennes déjà installées, comme le prône Marine Le Pen, n’est pas la meilleure des choses à faire. «Aucun mix électrique réaliste ne peut reposer sur une seule technologie et atteindre la neutralité carbone sans les énergies renouvelables est impossible», prévient Xavier Piechaczyk.

Quoi qu’il en soit, Emmanuel Macron tient dans ce rapport la justification de sa très probable commande de trois paires de réacteurs EPR. Il ne faudra d’ailleurs probablement pas s’arrêter à 6 réacteurs. «Même un scénario de relance du nucléaire avec un programme minimal de six réacteurs implique d’atteindre des rythmes de déploiement des renouvelables particulièrement élevés», prévient RTE dans une litote.

Construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent du point de vue économique selon RTE

Il ressort de plus que «construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent du point de vue économique», écrit RTE. Agrandir le parc électrique français coûtera cher. Outre les nouveaux moyens de production, il faudra développer le réseau électrique. Or, les scénarios les moins coûteux sont ceux qui comptent du nucléaire, ressort-il du rapport. Un mix électrique 100% renouvelable coûterait entre 77 et 80 milliards d’euros par an, contre 59 milliards pour le mix le plus nucléarisé, constitué à 50% d’EPR. Accepter un tel écart dans la facture suppose donc une opposition très forte au sein de la population au nucléaire. Ce qui n’est pas le cas actuellement au vu des différents sondages sur le sujet.

close

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut