On l’appelait « Tube » ou « fourgon tôlé Citroën », mais les connaisseurs le désignent sous son vrai nom : Type H. C’est peu dire que cette camionnette, dont il reste nombre d’exemplaires soigneusement restaurés, transporte avec elle une part de nostalgie. Elle incarne à elle seule les multiples facettes de la France des années 1950 à 1970, celle des commerçants itinérants, des véhicules promotionnels des débuts de la société de consommation ou des policiers en képi.

Le « Panier à salade »

On en a vu beaucoup dans notre région qui ont pendant les vendanges transporté les « comportes » de raisins à la cave coopérative avant l’apparition des bennes tirées par les tracteurs.

Héritier de l’éphémère fourgonnette TUB d’avant-guerre (ce qui lui vaudra son surnom de « Tube », allusion à sa carrosserie en tôle ondulée), le Type-H a été conçu dans la semi-clandestinité pendant l’Occupation. En 1947, il est fin prêt à participer à la reconstruction du pays.

Utilitaire jusqu’au bout des pare-chocs, le Tube a bénéficié du concentré de technologie que constitue alors la Traction, lancée en 1934. Il en a conservé le moteur de 1,9 litre, et son architecture de traction aux roues avant permet de libérer un vaste espace de chargement, de surcroît totalement plat. Il reprend aussi les phares, le volant à trois branches en bakélite et la structure monocoque de son illustre aînée qui permet d’alléger son poids. C’est pour cette même raison que les panneaux latéraux sont constitués de tôle ondulée, choix peu esthétique, mais qui permet d’améliorer la résistance et sera reconduit à bord de la fourgonnette 2CV. A cette dernière, ont été empruntés les sièges.

Le Type H se distingue également par son seuil de chargement bas, pour épargner le dos du peuple travailleur qui pourra, en cas de pluie, s’abriter sous l’auvent formé par le hayon arrière en trois parties. Sur les flancs, une inédite porte coulissante a été aménagée.

Pour ce qui est de l’esthétique, on a laissé la fonction créer la forme. D’après les historiens de la marque, aucun designer ne s’est en effet penché sur le berceau du Type H. Personne ne s’en est jamais plaint et aucun restylage n’a été engagé jusqu’en 1981, quand cessa la production. Avec son air sérieux et sa proue comme taillée à la serpe, le fourgon Citroën se concentre sur l’essentiel. Fidèle serviteur du petit commerce, le Tube va se faire connaître comme le véhicule quasi-officiel des épiciers ambulants. Sa silhouette carrée lui permet d’offrir une capacité de chargement exceptionnelle et d’en faire un véhicule promotionnel de choix.

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut