C’était attendu, l’accord final de cette COP 26 de Glasgow ne suffira pas à contenir suffisamment l’objectif réchauffement, probablement trop ambitieux.

C’est en effet en pleine crisé énergétique que s’est déroulée cette COP26, où tous les pays voient monter une tension extrême sur les prix de l’énergie et en particulier de l’électricité, énergie déclarée de concert comme la déesse des énergies propres sur laquelle doit se reposer l’avenir énergétique mondial.

La France, par l’intermédiaire de son Président Emmanuel Macron, a annoncé en plein milieu du déroulement de cette COP26 qu’elle relançait la construction de réacteurs nucléaires, seule solution pour assurer l’indépendance énergétique, produire une électricité propre et respectueuse de l’environnement, et surtout pouvoir assurer l’augmentation exponentielle des besoins présents et futurs. Cette annonce a d’ailleurs eu un impact au delà des frontières françaises, de nombreux pays européens étant sur le point d’emboiter le pas à la France, à l’image de l’Espagne.

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut