Alors que depuis de nombreuses années, la « privatisation » de la Sécurité Sociale bât son plein en France, avec une délégation des remboursements de plus en plus importante aux complémentaires privées (auxquelles ont été servi sur un plateau un marché captif avec les lois sur les complémentaires santé obligatoires dans les entreprises votées sous la présidence Hollande), tout d’un coup, alors que nous sommes à 6 mois de l’élection présidentielle, le gouvernement se lance à l’attaque de ces complémentaires privées, accusées soudainement d’être trop chères et de facturer des frais ce gestion bien trop élevés. S’apercevraient-ils tout d’un coup que ces assurances complémentaires, privées par définition, sont des organismes à but lucratif ? Leur objectif étant par essence de générer le maximum de bénéfices, il ne fallait pas en attendre moins ni autre chose !

Pourtant, le secteur privé des complémentaires a prouvé sa capacité et son efficacité, à contrario de l’état qui n’est jamais arrivé à équilibrer les comptes de la « Sécu »

Et voilà donc, sorti du grand chapeau, le projet de « Grande Sécu » qui prendrait en charge l’intégralité des remboursements médicaux ...

C’est en tout cas une des pistes poussées par le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance-maladie (HCAAM), chargé par le gouvernement de réfléchir à l’articulation entre assurance-maladie obligatoire et complémentaires. Principal avantage: éviter d’avoir un double système pour rembourser une même prestation, ce qui permettrait de faire des économies sur les frais de gestion et de rendre du pouvoir d’achat aux Français.

Les frais de gestion des complémentaires atteignent 20 % des cotisations versées par les assurés, selon la Drees (ministère de la Santé). «En 2019, les charges de gestion ont représenté 6,9 milliards d’euros pour l’Assurance-maladie obligatoire et 7,6 milliards d’euros pour les complémentaires, faisant de la France le deuxième pays après les États-Unis où les frais de gestion du système de santé sont les plus élevés»

L’avis du HCAAM attendu ce mois-ci, provoque avant même sa parution une levée de boucliers des complémentaires, logique …

Véran, le grand méchant loup …

Soupçonné d’être l’instigateur du scénario de la «Grande Sécu», le ministre de la santé est devenu « la bête noire » du secteur. «C’est son idée, déjà quand il était député PS, il voulait étatiser la Sécu», assure le patron d’un groupe de protection sociale privé …

Alors ??? …. Effet de manche électoral ou véritable volonté ???? On vous laisse deviner …

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut