La décision vient contredire la Haute Autorité de santé qui avait recommandé le 15 octobre de n’utiliser que le vaccin de Pfizer/BioNTech pour les rappels.

L’Agence européenne des médicaments a approuvé lundi 25 octobre l’administration d’une 3e dose du vaccin anti-Covid du laboratoire Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus, alors que les autorités sanitaires s’inquiètent d’une baisse du niveau de protection après les premières injections.

Spikevax de Moderna est le deuxième rappel de vaccin à recevoir le feu vert après le vaccin de Pfizer/BioNTech au début du mois. «Les données ont montré qu’une troisième dose de Spikevax administrée six à huit mois après la deuxième dose a entraîné une augmentation des niveaux d’anticorps chez les adultes dont les niveaux d’anticorps diminuaient», a déclaré l’Agence européenne des médicaments (EMA) dans un communiqué.

Une dose moitié moins forte

Les autorités de santé des 27 membres de l’UE «peuvent émettre des recommandations officielles sur l’utilisation des doses de rappel, en tenant compte de la situation épidémiologique locale», a ajouté l’organisme de surveillance basé à Amsterdam.

L’agence précise que les données actuelles montrent un schéma d’effets secondaires similaire à celui qui a suivi la deuxième dose de Spikevax. «Le risque de troubles cardiaques inflammatoires et d’autres effets secondaires très rares après un rappel fait l’objet d’une surveillance attentive», poursuit l’EMA. «La dose de rappel consiste en la moitié de la dose utilisée après les premières injections», ajoute l’EMA.

Au début du mois, l’agence a approuvé des injections de rappel du vaccin Comirnaty (Pfizer/BioNTech) pour les plus de 18 ans ainsi que des doses supplémentaires de Comirnaty (Pfizer/BioNTech) et de Spikevax (Moderna) pour les personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli.

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut