Le 9 décembre 2021, le secteur vitivinicole européen a été surpris par le résultat du vote de la Commission de lutte contre le cancer du Parlement européen (BECA) qui a approuvé le rapport de compromis « Renforcer l’Europe dans la lutte contre le cancer : vers une stratégie globale et coordonnée ».

L’association nationale des élus de la vigne et du vin (Anev) s’insurge contre cette vision hygéniste, notamment dans le paragraphe 11 du rapport. En l’état, le texte « rappelle que la consommation d’alcool est un facteur de risque pour de nombreux cancers, comme la bouche, le pharynx, le larynx, l’œsophage, le foie, colorectal, du sein… » et « rappelle l’étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui reconnaît que quand il s’agit de prévention du cancer, il n’y a pas de niveau de sécurité et souligne le besoin de le prendre en compte quand seront discutées et mises en place les politiques de prévention du cancer ».

La filière viticole risque donc de se voir privée à terme des aides européennes, suite au vote de la commission européenne au nom de la lutte contre le cancer.

Pour l’instant, La PAC 2023-2027 a été votée ce 23 novembre par le Parlement Européen, validant le maintien des autorisations de nouvelles plantations jusqu’en 2045, permettant la désalcoolisation des vins AOP et IGP, créant un droit à l’erreur administrative, ouvrant les AOP aux cépages non-Vitis vinifera, imposant un étiquetage nutritionnel et un QR Code pour les ingrédients sur les bouteilles de vin… « Dans la réforme de la PAC, l’Union Européenne a maintenu le mécanisme actuel de soutien à la compétitivité et à la durabilité du secteur vitivinicole grâce à des interventions vitivinicoles spécifiques, qui seront intégrées dans les plans stratégiques nationaux de chaque État membre » précise à Vitisphere une source européenne à Bruxelles, ajoutant que « les modifications adoptées au sein de l’organisation commune des marchés ouvriront de nouvelles opportunités en développant des produits viticoles à faible ou faible teneur en alcool et en utilisant de nouvelles variétés hybrides de vigne plus résistantes aux maladies et aux effets du changement climatique. Ils permettront également une meilleure information des consommateurs en rendant obligatoire l’étiquetage nutritionnel et des ingrédients pour tous les vins et produits vinicoles aromatisés. »

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut