Anne Hidalgo, ancienne inspectrice du travail, cette fille d’immigrés espagnols a démarré sa carrière politique comme conseillère ministérielle sous Lionel Jospin (1997-2001), quelques années après avoir adhéré au Parti socialiste. Elue pour la première fois aux municipales de 2001 à Paris, elle est pendant treize ans la première adjointe de Bertrand Delanoë, avant de lui succéder comme maire en 2014.

A l’heure où j’écris ces lignes, la voilà candidate à l’élection présidentielle 2022 sous l’étiquette du Parti Socialiste. A la peine en ce moment dans les sondages qui ne la créditent que de 5 à 7%, elle qui veut porter la social-écologie et boudait les instances dirigeantes du Parti socialiste, a été officiellement investie par ce même PS qui ne semble pas pressé de lui afficher un soutien visible, trop obnubilé par les chiffres des sondages, peu flatteurs il est vrai.

Une élection présidentielle ne se gagne pas sur des chiffres mais par un lien fort créé entre une personne et le peuple Français.

Hidalgo devra plus que jamais méditer cette phrase de Voltaire : « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! »

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut