Didier Lemaire a été menacé de mort après avoir dénoncé dans « L’Obs » la responsabilité de l’État régalien dans la mort de son collègue, Samuel Paty, de Conflans-Sainte-Honorine, égorgé le 16 octobre 2020 par un «réfugié» tchétchène. Quand il a commencé à raconter l’emprise des salafistes et des Frères musulmans sur Trappes où il enseigne, la commune de France qui compte le plus grand nombre de jeunes partis faire le djihad, celle que ses quelque 3000 juifs ont presque tous quittée après l’incendie criminel de la synagogue, en 2000, celle, aussi, qui recense plus de 400 fichés S pour radicalisation, les bons esprits ont crié à la «mythomanie». Parmi eux, le préfet, qui l’a accusé de «saccager» les efforts des apôtres du «vivre-ensemble» en défendant l’action du maire, Ali Rabeh. Lequel est allé jusqu’à pénétrer avec d’autres élus dans le lycée pour distribuer des tracts accusant l’enseignant de travestir la réalité.

Il nous soumet aujourd’hui son livre : « Lettre d’un hussard de la république ».

Ce livre, qui se lit très agréablement, étant écrit d’une très belle plume, impose le respect quand on connaît les tenants et aboutissants de la situation dans laquelle ce courageux professeur se trouve. Les politiques n’y sont pas épargnés et il y décrit tout ce qu’il y a vécu. Le quotidien d’un professeur dans un établissement scolaire dit de zone »difficile » … Édifiant !

A la fin de cet ouvrage on ne peut que ressentir un profond respect pour cet homme fier de ses convictions et fidèle à son engagement au profit de la jeunesse et de son métier honorable de professeur.

Avant qu’il ne soit trop tard …. lisez le !

Lettre d’un hussarde de la république – Avant qu’il ne soit trop tard – Didier Lemaire – Editions Robert Laffont – 18,50

close

La Newsletter des Infos locales

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Noir & Blanc

... vers le haut